Shopping Cart
Your Cart is Empty
Quantity:
Subtotal
Taxes
Shipping
Total
There was an error with PayPalClick here to try again
CelebrateThank you for your business!You should be receiving an order confirmation from Paypal shortly.Exit Shopping Cart

Festival

Chemins​ des Arts

Festival de danse en milieu rural

CIE ALFRED ALERTE

RITES

VENDREDI 23 JUILLET A 21H30

PARCOURS CHOREGRAPHIQUE EN DEAMBULATION DANS SOFFIN

DANSE : ALFRED ALERTE, LUCIE ANCEAU, MARIANNE SIMON

CHANT LYRIQUE : CATHERINE MANANDAZA

MUSIQUE LIVE : BACHIR SANOGO

DUREE : 50 MN

POUR EN SAVOIR PLUS : www.ciealfredalerte.com

LIEN VIDEO : https://youtu.be/lQA6j5jKEPE

A l’origine, RITES est une création inédite pour la Biennale d’Art Sacré d’Autun, conçue le 17 juillet 2019 comme une balade chorégraphique dans le Musée de Bibracte.

Une invitation au voyage où la danse, le chant lyrique et la musique ouest-africaine s’entremêlent en évoquant les ancêtres au sein de rituels profondément contemporains.

Une proposition artistique intemporelle où le passé s’ancre dans un présent onirique.

La grâce y invoque le sacré avec poésie et humilité…

Pour l’ouverture du Festival Chemins des Arts, nous vous proposons de cheminer à nos côtés, de prendre le temps de ressentir des espaces en silence, de méditer sur la nature qui nous entoure…

Un parcours chorégraphique créé sur mesure pour le hameau de Soffin, à l’heure où le crépuscule approche.

« De la naissance à la mort, notre vie coule de passage en passage.

Chaque passage ouvre sur un autre passage, comme une porte ouvrirait sur une autre porte.

Etapes difficiles souvent, parce qu’ambigües, contradictoires ; toute séparation est aussi une perte.

Chaque passage ravive les précédents, est à la fois mort et renaissance.

Mouvement vers la vie, mouvement vers la mort, cette spirale trace le temps humain.

[…]

De tout temps, des rites ont existé, accompagnant les êtres humains à ces moments de leur vie.

Ils marquent une suspension dans le flux de la quotidienneté et l’entrée dans un temps « autre ».

La scénographie rituelle prend acte du franchissement qui s’opère.

La présence concrète, les sons, les paroles prononcées et adressées à autrui, tout cela est propice à prendre une distance et reprendre pied dans la vie.

Les émotions toujours menaçantes par leur intensité sont verbalisées, sur un mode parfois codifié.

La constance du cadre à l’intérieur duquel la cérémonie a lieu permet la restauration pour chacun de son propre cadre.

A travers la gestuelle théâtrale du rite, l’imaginaire est réhabilité et s’ouvre au symbolique, permettant à chacun de se réinscrire dans une mémoire et dans une histoire.

Le vécu partagé des uns et des autres crée une solidarité entre les membres du groupe présent, vivifiant de ce fait les liens sociaux. »

Michèle Fellous, A la recherche des nouveaux rites

0